الإثنين, 30 يونيو 2014

رد الأستاذ يتيم على تقرير السيدة باسكييه حول قضية الصحراء في مجلس الجمعية البرلمانية لأوروبا

رد الأستاذ يتيم على تقرير السيدة باسكييه حول قضية الصحراء في مجلس الجمعية البرلمانية لأوروبا

Monsieur le Président, le différend sur la question du Sahara ne date pas d’aujourd’hui. Le Maroc a commencé à recouvrer son indépendance graduellement au travers d’accords internationaux négociés avec les puissances coloniales : après la fin du protectorat français en 1956, la région de Tarfaya fut réunie en 1958, puis celle de Sidi Ifni en 1969, comme le furent à partir de 1975 la région de Sakia El-Hamra et Oued- Eddahab.

L’Algérie s’est opposée à ce processus et la médiation africaine n’ayant pas abouti, la question du Sahara a été confiée aux Nations Unies. Après de longues démarches pour trouver une solution à travers l’organisation d’un référendum, le Conseil de sécurité s’est rendu compte de l’inapplicabilité d’un tel référendum. Le caractère complexe et délicat du processus d’identification et les divergences des différentes parties au conflit ont ainsi amené le Secrétaire général à appeler les différentes parties à œuvrer pour une solution politique négociée. Depuis lors, toutes les résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale, dont la dernière date du 29 avril 2014, n’ont cessé de clarifier la méthode préconisée par la communauté internationale : un référendum était inapplicable, il ne peut s’agir que d’une solution politique négociée.

Pour mettre fin à l’impasse politique, le Maroc a donc proposé le 11 avril 2007 une initiative pour la négociation d’un statut d’autonomie. Cette initiative de compromis, conforme à la légalité internationale, est la seule initiative crédible et réaliste.

Nous ne devons pas perdre de vue que toutes les résolutions adoptées sur ce conflit par l’Assemblée parlementaire, parmi lesquelles la Résolution 1818, ont souligné qu’il convenait de soutenir les efforts des Nations Unies. La délégation marocaine confirme quant à elle sa volonté d’honorer ses engagements dans le cadre de l’accord de partenariat. Elle invite l’Assemblée à rester vigilante s’agissant des tentatives de retarder le règlement du conflit, parmi lesquelles la demande d’inclusion du monitoring des droits de l’homme dans les attributions de la MINURSO. Comme vous le savez, le mandat de cette mission dans la région est le maintien de la paix. Aucune résolution des Nations Unies ne mentionne la prise en charge des droits de l’homme par la MINURSO dans le Sahara occidental. Tout élargissement en ce sens pourrait engendrer de graves conséquences pour la stabilité de la région.

Le Parlement marocain, la délégation marocaine au Conseil de l’Europe, les institutions nationales du Maroc, parmi lesquelles le Conseil national des droits de l’homme, reconnu au niveau international, ainsi que la société civile, ont démontré la volonté de notre pays de relever le défi des droits de l’homme sur tout le territoire, y compris dans le Sahara

 

استطلاع الراي

الغاء دائرة مولاي يعقوب بسبب الإساءة الى رئيس الحزب في الحملة الانتخابية قرار :

يسهم في تخليق الحياة السياسية والحملات الانتخابية - 61.4%
سعي لإظهار حياد المجلس بعد الغاء مقعد سيدي أيفني - 11.2%
قرار عادي وتطبيق للمقتضيات القانون التنظيمي لمجلس النواب - 22%

Total votes: 1394
The voting for this poll has ended on: يونيو 20, 2016
في الاستماع اليكم

الموقع الرسمي للأستاذ محمد يتيم © 2019
Développé par NOOV